Témoignages

Laissez un témoignage

Aurélie de Harven
Le 28/11/2015 : Césarienne extra péritonéale

Une césarienne au top. Merci pour tout...
Je l'ai vécu comme si j'avais accouché par voie basse. (J'ai poussé, mon mari était la, tétée de bienvenue etc...)
J'étais debout 3h après mon passage au bloc sans douleurs.
je suis ravie d'avoir pu m'occuper de mon fils de suite et sans contrainte.
Vraiment merci pour votre professionnalisme qui a sûrement sauvé la vie de mon petir coeur et hâte d'être à la prochaine grossesse.

Bacanin
Le 24-05-2016 : Césarienne extrapéritonéale

Voilà…c’est vrai qu’écrire ou décrire le plus beau jour de notre vie (plusieurs pour les mamans à multiples joies ) s'est toujours quelque chose…

Pour ma fille un 16 février 2012, ça ne s’est pas du tout passé comme prévu, un déclenchement inefficace, une péridurale monstrueuse et une césarienne d’urgence…

Un princesse magnifique mais avec un goût amer et triste dans le coeur…dur de profiter d’un poussin quand on souffre moralement et physiquement…Une blessure a été ouverte mais j’ai découvert les joies de l’amour inconditionnel et la maternité avec ma Léa… une enfant éveillée, réfléchie et agréable à vivre. J’avais décidé de ne plus revivre ça même pour un autre enfant,

Et pourtant,…

Pour Aedan qui est arrivé 18 mois après sa soeur un 28 aout 2013 à 10h05, nous avons prié pour avoir un accouchement naturel mais la vie en a décidé autrement, la grossesse plutôt bonne mais j’étais sans cesse très angoissée par l’opération et ce sentiment d’inachevé, de ne pouvoir donner la vie correctement, cette blessure non refermée…

Loulou n’est pas venu naturellement bien que nous avons attendu et le lendemain du terme, une césarienne programmée m’a offert la joie de nous offrir un beau bel enfant en bonne santé. Aedan était un bébé angoissé, hypersensible et très demandeur…il est resté ainsi pendant 21 mois accrocher a mon sein, comme s’il n’était jamais vraiment sorti de mon ventre…

Un amour fusionnel est né, des nuits a se soutenir l’un l’autre, tous ses déboires digestifs et ses maladies à répétition, nous étions liés dans la difficulté, j’étais son ancre et lui parfois un poids, ce poids d’amour inconditionnel qui me faisait repousser mes limites parfois à l’épuisement…

Après ces deux accouchements qui m’ont fait souffrir… Qui m’ont laissé des traces, j’ai décidé dans la deuxième année de mon fils, que NON c’était fini, si je dois un jour encore enfanter…ce ne serait plus dans la douleur, plus dans l’angoisse…

Je voulais me dire ce jour s’il arriverait, qu’il soit un ACCOUCHEMENT et pas une opération forcée… Un jour HEUREUX et accepté, paisible et entouré d’Amour…

J’ai cherché…j’ai trouvé une technique de chirurgie gynécologique qui permettait de réduire foncièrement les douleurs lors des soins post opératoires, de limiter l’angoisse pendant l’opération, de vivre cela avec le sourire si on peut dire. J’ai trouvé le site du Docteur Bénédicte SIMON qui l’a pratiqué à Versailles…

et un jour quand j’ai su que j’étais tombé enceinte SURPRISE après plusieurs semaines d’interrogation et de doutes…

Je me suis lancée et je lui ai écrit… je lui ai raconté mes accouchements précédents, mon histoire maternelle… J’ai eu une réponse quasi instantanée…j’ai été touché de l’attention qu’on me portait et porté à mon bonheur recherché, car donner naissance devrait toujours être un bonheur non?

Elle a accepté de me suivre et de m’accoucher. Cette dame est extraordinaire, elle a créer un concept d’accouchement voie haute naturel. Elle trouve ça tellement injuste d’enfanter dans la douleur, l’angoisse et la solitude surtout quand on n’a pas le choix que de subir une chirurgie pour x raisons.

Et ce jour tant attendu mais programmé est enfin arrivé…

Je suis rentrée la veille pour plus de confort et pour les papiers.

J’étais plutôt zen (un exploit…) J’avais appris à lâcher prise grâce a mon fils Aedan et connaissant l’accompagnement le lendemain, que je serais entourée de mon mari et d’un équipe très à l’écoute…

Malheureusement je ne pouvais pas arrêter de penser si j’allais réussir à ne pas stresser de comment je ressentirais cette nouvelle opération…

J’avais peur oui…peur de tout gâcher en me laissant envahir par l’angoisse d’avoir le ventre ouvert, de ressentir de la douleur…

Nous avons attendu le lendemain jusqu’à 14h environ et puis nous voilà…partis au bloc…

Notamment la rachi me stressait car pour Léa ça avait été très dure (piquée une dizaine de fois ). Je me suis mise en position… L’infirmière (et secrétaire de Mme Simon) m’a rassuré et ce médecin anesthésiste était enveloppant, une voie apaisante et je n’ai rien senti…oui rien qu’une toute petite piqûre de moustique et c’était fini… J’ai pu souffler et attendre qu’il prépare tout. Dr Simon est arrivée et elle a commencé…je ne sentais rien enfin pas de douleur…

Mon mari est venu s’asseoir près de moi, une autre de mes angoisses apaisée car j’avais vécu les deux autres seule, et nous n’avions pas découvert nos enfants ensemble…

Je lui ai demandé de me prendre la main, de me parler pour que je ne pense pas à se qui se passait plus bas… Puis la Doc m’a demandé de souffler en poussant comme pour un accouchement bas, ils ont baissé le champ opératoire, elle a sorti un peu la tête, puis en poussant ,

Gabriel est sorti…

Mon fils était né un 24 mai 2016 à 14h58 et c’est une image qui restera gravée pour toujours… quelque chose qui m’a guéri de mes blessures… Je n’ai plus que cette image en mémoire, j’ai tout oublié ou presque du ressenti de l’opération…La sage femme a pris soin de lui sous mes yeux, quel réconfort de ne pas être séparer.

Les soins post opératoires n'ont été que des détails, la douleur bien moindre !!

N’est ce pas ce que je voulais..?!!!! Un accouchement heureux…ou la douleur ne passerait pas au dessus de ce bonheur tout neuf …


Ce sentiment d’avoir accouché REELLEMENT !!!

Cet naissance m’a réconcilié, mon fils Gabriel est un enfant plutôt calme mais très éveillé, il est né avec de la sérénité, dans une belle bulle…et je suis fière d’avoir pu lui offrir cela…

Car c’était mon but…


Aujourd’hui à 3 mois passé, il grandit bien, c'est un bébé extra et je n’ai plus aucun mauvais souvenir comme si cet bel accouchement avait nettoyé tout cela, une réconciliation avec mon corps et mon coeur de Maman <3

Nous ne remercierons jamais assez Mme Simon et toute l'équipe pour avoir fait de ce jour, une véritable belle naissance !!

Mme Bacanin

Mme YA
Le 09112015 : accouchement voie basse

Il s'agit pour moi du troisième accouchement passé dans de très bonnes conditions .
Accompagnée et suivie durant ma grossesse par le Dr Simon , arriva le Jr où tout va vite mais le professionnalisme , la grande maîtrise et la technique du Dr m ont fait vivre un très belle accouchement sans traumatisme ni peur .
Une technique de tout laisser passer par un petit sifflet à rendu mon accouchement facile et maîtrisable et donc sans perte d énergie.
Merci Dr Simon et à toute l'équipe de la clinique présente ce jour ainsi qu à l assistante du Dr qui a toujours su répondre et rendre le suivi et l après accouchement facile et simple.
Merci encore, car grâce à votre méthode et votre maîtrise je garde un bon souvenir de l'arrivée de mon bébé

Cécile B
Le 14-04-2016 : Césarienne

Au cours de ma deuxième grossesse, j'ai appris que j'allais devoir subir une césarienne. Cette annonce fut difficile à accepter, mais j'essayais, tant bien que mal, de faire le deuil d'un accouchement par voie basse. Etant inscrite et suivie à l'hôpital public de mon secteur, la gynécologue qui me suivait m'explique le protocole classique suivi dans cet hôpital et me renseigne notamment sur les deux heures en salle de naissance séparée de mon mari et de mon bébé. Je suis sortie effondrée de cette consultation, et je ne pouvais pas me résoudre à une telle idée. Après l'expérience de mon premier accouchement, je tenais à avoir mon enfant avec moi le plus tôt et le plus longtemps possible.

Après quelques recherches sur internet, j'ai fini par trouver le site du docteur Simon. Et malgré le fait que j'entamais mon 8ème mois de grossesse, le docteur a accepté de suivre la fin de ma grossesse! Son assistante et elle ont d'ailleurs pris le temps de m'écouter, de me rassurer et de m'expliquer en quoi consistait cette méthode. Et je les remercie encore pour cette qualité d'écoute et de compréhension qui m'ont bien aidée à ce stade de la grossesse.

Et nous voilà le jour-j, tout excités, devant la porte du bloc opératoire. J'avais avec moi ce fameux petit sifflet rose que je ne lâchais pas ! Après une dernière répétition avec ce sifflet, j'entre au bloc pour l'anesthésie. Une fois anesthésiée, mon mari vient s'assoir à côté de moi et l'aventure commence. Je ne sens quasiment rien de l'opération, j'attends avec impatience le moment où on va me demander de souffler! Et après quelques fortes expiration, le champ opératoire est baissé et nous découvrons notre bébé! Une fois assuré que notre petite fille était en bonne santé, la sage-femme me la posée sur moi pour quelques minutes inoubliables ! Ce peau à peau dans les premières minutes de la naisance fut vraiment magique tout en étant normal et naturel !
Puis, le temps de finir l'intervention, le bébé part en nursery avec son père où lui aussi a pu profiter d'un moment de peau à peau . Mon mari et ma fille me retrouve en salle de naissance oùnous avons la chance de passer ces fameuses deux longues heures que je redoutais, réunis tous les trois.

De retour en chambre, je retrouve tranquillement l'usage de mes pieds et de mes jambes. L'intervention ayant eu lieu le matin, je suis en mesure de me lever et d'aller aux toilettes dans l'après-midi même et manger un peu en attendant le repas du soir. Et j'étais assez en forme pour m'occuper de mon bébé. Dès 20h, j'ai pu changer sa couche, et la garder avec moi toute la nuit !

J'avais quelques douleurs pour lever, mais elles étaient assez supportables et ont fini par disparaître rapidement. De plus, ma fille étant née un jeudi, nous sommes sortis le mardi suivant, et j'étais tellement en forme que nous sommes rentrés à pied chez nous! ( 15 belles minutes de marche au soleil !)

Je souhaite que toutes les femmes puisse vivre leur césarienne avec autant de bonheur que j'ai vécu la mienne.

La combinaison de la methode extra péritonéale et du winnerflow pour participer à l'accouchement est vraiment géniale. Et l'attention portée au lien entre la mère et l'enfant y trouve tout son sens.

Je tiens vraiment à remercier toute l'équipe médicale au bloc opératoire qui a contribué à faire de cette opération une vraie naissance dont on n'osait à peine imaginer ainsi! Et un grand merci au docteur Simon et à son assistante pour toute leur écoute, leur disponibilité, leur compétence et leur combat pour que cette méthode se répande et ne reste pas une exception !

Mme VANNIER
Le 24/09/2015 : Césarienne

Après avoir eu une première césarienne classique pour mon premier enfant, j'ai eu une césarienne extra-péritonéale pour mon 2e enfant, et le moins qu'on puise dire c'est que j'ai vu la différence!

Ce que j'ai vraiment apprécié est que le Dr Simon se préoccupe vraiment de la mère et de comment elle vit son accouchement, au contraire de beaucoup de ses confrères. J'ai vraiment eu le sentiment d'avoir accouché, alors que la première fois j'avais l'impression d'avoir été opérée, et le lien mère-enfant s'en trouve considérablement amélioré!

De nombreux avantages que procure la technique du Dr Simon voilà ceux que je retiens particulièrement:
- Suites de couches : on se remet beaucoup plus vite d'une césarienne extra-péritonéale! C'est vraiment impressionnant, au bout de quelques heures on se lève pour aller aux toilettes et le soir-même on peut marcher. On peut s'occuper de son enfant dès le retour en chambre alors que mon premier, je n'avais pu m'en occuper le premier jour, ce qui est affreux et ajoute à la douleur physique de la douleur morale. Heureusement que le papa était là pour tout gérer, mais on a vraiment l'impression de rater les premiers moments.

- Pendant la césarienne : on pousse avec le sifflet, et on devient vraiment acteur de son accouchement, ce qui change tout. De plus le Dr Simon baisse le champ opératoire pour voir l'arrivée du bébé et on peut faire du peau à peau avec son enfant, ce qui est vraiment magique! De là vient l'impression d'avoir vraiment accoucher!

Pour moi les 2 techniques sont sans commune mesure, et tous les obstétriciens devraient la pratiquer!

Ma meilleure amie a eu exactement la même expérience que moi, et le même ressenti.

En bref, je recommande vivement la césarienne pratiquée par le Dr Simon!

Pauline Brousseau
Le 10-08-2015 : Césarienne extra péritonéale programmée

Mon premier enfant était née par césarienne "classique" programmée à cause d'un gros fibrome situé près du col de l'utérus. Je n'avais pas très bien vécu cette première naissance, qui relevait complètement d'un acte chirurgical plutôt que comme l'aboutissement de la grossesse, j'avais eu le sentiment d'avoir failli sur la dernière marche.
Grosse frustration également de ne pas faire de peau à peau avec ma fille, abrutissement en salle de réveil, douleurs à se mouvoir... avaient contribué à me laisser un goût d'inachevé.

Pour cette deuxième naissance, j'avais entendu parler par la sage-femme de la méthode pratiquée par le Dr Simon, qui laissait une large place à la relation maman-bébé. Effectivement, en soufflant dans le winner flow, j'ai eu le sentiment que c'était moi et non pas un chirurgien qui mettait au monde mon bébé, comme pour une naissance par voie basse. Ensuite, j'ai pu faire du peau à peau avec mon petit garçon, et j'en garde le souvenir d'un moment magique et unique. J'étais donc complètement sereine quand on me l'a ramené en salle de réveil, et la mise au sein s'est faite sans problème.

D'un point de vue physique, malgré la sonde urinaire rendue nécessaire par le fibrome, j'ai récupéré l'usage de mes jambes dès la salle de réveil. J'étais très mobile également, ce qui m'a permis de sortir moi-même mon petit garçon de son berceau pour le prendre dans mes bras dès le retour dans la chambre. J'ai aussi pu prendre un repas normal, et me lever pour aller aux toilettes 2h plus tard. J'ai pu donner le bain à mon petit bébé le lendemain, et je suis sortie à J+3, en pleine forme.

Je ne peux qu'être reconnaissante au docteur Simon et à Claire pour cette naissance idyllique, et conseille vivement cette méthode à toutes celles qui appréhendent la naissance par césarienne.

Severine quichon
Le 15-10-2013 : Césarienne

Ce fut ma troisième césarienne et ma deuxième avec le docteur Simon.
Prise en charge exceptionnel du bébé mais également de moi, que dire de plus si ce n'est que grâce à elle la naissance de mes filles restera un moment magique malgres l'ambiance du bloc opératoire

Emily Renié
Le 31/07/2014 : Césarienne

Césarienne en urgence suite à une détresse de mon fils. Les choses se sont déroulées très vite, pourtant le dr Simon a pris le temps de m'expliquer le déroulement, de me rassurer et était un vrai soutien psychologique. Césarienne effectuée sous péridurale, aucune douleur durant l'intervention, seulement un peu à la fin, ou l'ont m'a mise sous anesthésie générale. Mon mari a été tout à fait intégré durant l'opération, et le docteur Simon est venue elle-même me donner des nouvelles de mon fils.

Intervention à 20h, pas de sonde, levé et repas à 5h le lendemain matin. Douleurs modérées, uniquement durant les changements de position, pendant 2 jours. Possibilités de se laver dès lendemain matin, pas de pansements.

Sortie 5 jours après, totalement autonome pour gérer mon enfant. En moins d'un mois j'avais totalement récupéré.

La cicatrice est superbe, ne se voit à peine, n'a pas été douloureuse, pas d'adhérence.

Je remercie grandement le docteur Simon et son assistante Claire pour leurs gentillesse et leurs professionnalisme.

Silvia B
Le 02-06-2014 : Cesareo programmato

Per la nascita del mio secondo figlio si imponeva di nuovo il cesareo. Con mio grande stupore il Dr.Simon mi ha informata della possibilità di avere un ruolo attivo durante l'operazione e assistere alla nascita del neonato come durante i parti naturali.
Ho allora fatto una breve formazione con l'ostetrica sull'utilizzo del winner flow ed ho cominciato ad esercitarmi. Difficile spiegare a mio marito (che mi vedeva esercitarmi la sera) come il soffiare dentro questo fischietto avrebbe permesso di rendermi partecipe al parto. Il suo scetticismo è passato quando il dottore, prima di entrare in sala operatoria, mi ha fatto provare e ha mostrato che, mentre soffiavo, il mio ventre si alzava perché i muscoli spingevano. Una volta entrati in sala operatoria, verso le 13 ho avuto un po' di malessere generale a causa dell'anestesia, che il medico ha prontamente fatto sparire somministrando un complemento, ma nessun dolore. Ho ovviamente provato la strana sensazione di sentire che ti aprono le membra tirando e tagliando, ma conoscendo l'esperienza non ci sono stati problemi. Al momento della nascita il Dr Simon mi ha "dato il tempo" per effettuare le diverse spinte grazie al mio fischietto e mi ha reso partecipe dicendomi passo passo quanto accadeva mentre il bebé stava uscendo. Una volta nato, hanno abbassato il telo che mi separava dall'operazione e io e mio marito abbiamo visto il primo respiro di nostra figlia!
Terminata l'operazione, l'anestesista mi ha somministrato delle dosi supplementari direttamente attorno alla ferita e dopo un paio d'ore in sala risveglio in cui,una volta lavata e sistemata, mi hanno portato anche la bambina per metterla al seno,siamo tornati tutti insieme in camera, senza sonda urinaria e senza flebo.
Da allora non ho più lasciato mia figlia. Dopo poco ho cominciato a bere e a mangiare e la sera mi sono alzata per andare in bagno.La notte ho tenuto con me la bimba e ho continuato l'allattamento. La terapia farmaceutica ha fatto in modo che non provassi dolore e al terzo giorno avevo già dimenticato di prendere più di qualcuno degli antidolorifici forniti dalle infermiere.
Ringrazio il Dottor Simon e il suo staff per avermi permesso di vivere il parto e godermi ogni istante dei primi giorni di mia figlia!

Madame K
Le 22-03-2010 : Césarienne

Episiotomie, légère difficulté aux épaules

Césarienne : excellente prise en charge psychologique

Dialogue avec le chirurgien juste avant l’entrée au bloc opératoire, explications sur le déroulement de l’intervention (2 personnes encadrent la patiente : le chirurgien à droite et l’aide à gauche).

Rachi-anesthésie : très bien administrée, ensuite impression de tête qui tourne et envie de dormir

Un champ opératoire dissimule le travail chirurgical.

Je sens un tablier de plomb se poser sur mon ventre, sans aucune douleur, j’ai pourtant la sensation que l’incision s’effectue avec une insistance particulière sur la gauche du bas-ventre.

J’ai l’impression que je vais tomber de la table car le ventre semble montrer de la résistance.

Sentiment de rapidité entre l’incision et la naissance d’Alexandre.

Ayant les bras sur des gouttières, c’est la sage-femme qui tenait le bébé, sentiment d’être une maman par personne interposée !

Alexandre : 3,950 kg, 53 cm

Alexandre est emmené pour les soins et contrôles

Je commence à remuer et sentir mes orteils, puis je sens que l’on enfile une aiguille avec du fil dans le ventre.

J’en parle à l’anesthésiste qui me fait une courte anesthésie générale (15’)

Salle de réveil : le ventre est comme gainé, pas de douleur. Une seule question : où est Alexandre ?

De retour dans la chambre, les douleurs sont modérées et n’empêchent en rien la pose du nouveau-né sur le bas-ventre pour l’allaitement.

Petit à petit on ressent une barre diffuse dans le bas-ventre

Vers 19 h, le Dr Simon m’aide à me lever, je suis un peu courbée mais j’arrive à marcher.

La perfusion s’est retirée toute seule durant la nuit, elle aurait de toute façon été retirée le lendemain matin.

Le plus difficile est l’action de se lever du lit (pas de trapèze), on sollicite donc ses abdominaux (enfin ce qu’il en reste) et la partie opérée.

Je n’ai pas eu besoin de prendre beaucoup d’antalgiques, par contre les douleurs et la posture courbée revenaient en fin de journée.

Opérée le lundi, retour au domicile le samedi puis le dimanche, douleur localisée autour de la cicatrice. Ponction du liquide à plusieurs reprises, puis mèches quotidiennes pendant 15 jours ;

Deux mois après l’accouchement, partie dure à gauche et en bas de la ligne blanche avec hypersensibilité au contact d’un rebord d’évier ou d’un plan de travail.

Bilan : excellente motricité le soir même de l’intervention, perfusion éclair, pas de sonde urinaire, ni de « plat bassin » !!

Douleurs supportables et modérées.

Cicatrice bien faite et régulière

--- les soins infirmiers de post-césarienne

A quand la publication (you can do it) et des cours sur cette méthode à la fac ? !!!

Sincères remerciements pour votre prise en charge et votre transparence.

Madame A
Le 22-09-2009 : Césarienne

Pour la naissance de mon deuxième enfant, j’ai eu une césarienne extra-péritonéale contrairement à l’intervention que j’avais eue pour le premier (césarienne classique).

Ma fille est née à 6 h du matin. Pour l’opération, je n’ai pas eu de sonde urinaire. Après l’opération, je suis restée en salle de réveil et je n’ai senti qu’une légère douleur en bas du ventre. Quelques heures plus tard, je regagnais ma chambre, le repas du midi m’a été servi. J’ai pu effectuer mon premier lever et marcher à 14 h sans aucune difficulté. J’ai donc pu me déplacer et manger un repas complet, contrairement à ma 1ère césarienne ou je n’ai bu que du bouillon et pour laquelle la douleur était terrible.

Sur le plan physique, cette césarienne est l’opposé de la première car je n’ai eu aucune souffrance, juste une légère douleur en bas du ventre. La cicatrice a été refermée avec de la colle et non avec des agrafes. De plus, j’ai quitté la clinique 3 jours après l’intervention.

Sur le plan psychologique, je me suis sentie aussi autonome qu’une femme qui accouche par voie naturelle. En effet, j’ai pu m’occuper à 100 % de mon bébé sans demander de l’aide au personnel de la clinique. Au contraire, c’est moi qui ai apporté de l’aide à ma compagne de chambre qui, elle, a subi une césarienne classique.

Enfin, contrairement à ma première césarienne, je n’ai en rien été traumatisée par cette opération et j’envisage d’avoir un troisième enfant avec sécurité.

Je recommande vivement ce type de césarienne.

Madame T
Le 21-12-2009 : 4ème césarienne

Intervention vers 15 h : levée 3 h après l’intervention, perfusion retirée juste après l’intervention, pas de sonde urinaire.

Le soir même, diner normal, autonomie pour se lever seule (aller aux toilettes, prendre bébé et s’en occuper

Douleur : faible, uniquement aux changements de position.

A J 0, j’étais comme à J+2 pour les autres césariennes.

Lendemain de l’intervention : participation au 1er bain de bébé, ce que je n’ai jamais fait pour les autres.

Douleurs faibles et mouvements plus « aisés », Douche et toilette normales.

Sortie à J+3 : complétement auronome, marche encore lente, douleur très faible.

Madame L
Le 15-12-2008 : 1ère césarienne extra-péritonéale

Césarienne faite en urgence car le travail a débuté lors de mon arrivée à la clinique la veille de l’intervention.

Levée 5 heures après la naissance, (au lieu de 2 jours allongée), beaucoup moins de douleurs, possibilité de me lever, d’être plus autonome, de prendre mon bébé, de prendre une douche.

Impression, avec cette technique, d’avoir supprimé les deux premiers jours vraiment difficiles vécus avec la césarienne classique.

Beaucoup moins de problèmes pour aller aux toilettes.

Les infirmières qui m’ont suivie dès la première césarienne, ont constaté avec moi les progrès et la rapidité de l’amélioration de mon « état ».

Cette nouvelle technique est formidable pour la maman évidemment, mais aussi pour la femme qui vit cette intervention.

Madame S
Le 26-02-2010 : Césarienne

Le 26 février 2010 à 9h40, je suis montée au bloc, à 9h50 j’étais anesthésiée et à 10h07 mon bébé était là …

De 11 heures à 13 heures environ, je suis restée en salle de réveil, puis on m’a ramenée dans ma chambre où j’ai pris mon repas de midi, normalement.

Vers 13h30, je suis allée aux toilettes avec une aide pour marcher, puis en fauteuil roulant, j’ai pu me rendre près de ma fille qui se trouvait au service de « néonat »de la clinique des Franciscaines.

Le lendemain, ma fille a dû être réorientée vers un service de « néonat » de niveau supérieur : au Centre Hospitalier d’Orsay.

C’est là-bas que je suis rendu compte de la chance d’avoir eu ce type de césarienne… En effet, les autres dames ne pouvaient pas « bouger » pendant 24h, alors que moi, le jour même, j’allais voir mon bébé… et le lendemain à Orsay, je montais sans aide et j’arrivais à enfiler mes sur-chaussures toujours sans aide.

J’espère que dans le futur, cette césarienne va se généraliser, car cela m’a permis de m’occuper de suite de bébé.

Merci

Madame B
Le 5-10-2009 : Date de la césarienne

Troisième césarienne après 2 « classiques », j’ai vraiment apprécié cette méthode qui permet un rétablissement bien plus rapide. Après la fin de la césarienne extra-péritonéale et le retour dans la chambre, la douleur était très faible. Je n’ai pas eu à prendre de Doliprane.

Il n’y a aucune conséquence de l’opération (pas de sonde urinaire, pas de perfusion…) et c’est très appréciable parce que l’arrivée du bébé est moins « médicalisée ».

J’ai pu m’occuper du bébé très vite et aller lui donner le bain à la nursery dès le 2ème jour. L’allaitement s’est aussi très bien mis en place parce que la mise au sein se fait plus facilement. La cicatrice à la colle permet une bien plus grande mobilité.

Madame C
Le 10-04-2010 : Césarienne extra-péritonéale

Suite à une césarienne qui n’était pas prévue, j’ai tout de suite été prise en charge par le Dr Simon qui a pratiqué une césarienne qui s’est avérée être une technique inhabituelle à ma connaissance.

Après avoir passé 2 heures en salle de réveil, j’ai tout de suite eu la possibilité de me lever pour aller aux toilettes. Mise à part au moment où je me levais, je n’ai pas ressenti de douleurs.

Au bout du 2ème jour, j’étais tout à fait autonome.

e suis heureuse aujourd’hui d’avoir eu ce type de césarienne

Je remercie le Dr Simon et son équipe.

Dans l’attente d’un second.

© 2017 - Graphisme : Melanie Duquesne