Hystéroscopie opératoire

 

QU’EST CE QU’UNE HYSTÉROSCOPIE ?

L’intervention, qui se déroule par les voies naturelles, permet dans un premier temps de visualiser directement l’intérieur de la cavité utérine afin de préciser le diagnostic et les possibilités de traitement (hystéroscopie diagnostique). Un tube muni d’une optique est introduit par le canal du col utérin et un liquide est injecté dans la cavité utérine pour permettre la visualisation.

L’hystéroscopie opératoire peut permettre de traiter certaines anomalies de la cavité utérine, confirmées par l’exploration (fibromes, polypes, anomalies de la muqueuse, cloisons, synéchies …) à l’aide d’instruments et/ou d’un bistouri électrique, toujours par les voies naturelles.

 

COMMENT SE PASSE L’OPERATION ?

L’intervention peut être réalisée sous anesthésie générale ou loco-régionale (péridurale ou rachianesthésie), selon votre cas et les décisions du chirurgien et de l’anesthésiste.

 

EXISTE-T-IL DES INCONVÉNIENTS OU DES RISQUES ?

L’hystéroscopie est une intervention courante dont les suites sont indolores et simples dans la majorité des cas. Hormis les risques spécifiques à l’anesthésie, vous devez être informée de la possiblité de certains évènements, cependant très rares.

En cours d’intervention, une perforation de l’utérus peut parfois survenir. Cela peut empêcher la réalisation de l’acte qui était prévu initialement. Cela ne nécessite généralement pas d’intervention mais une coelioscopie peut parfois être nécessaire pour éliminer une lésion exceptionnelle des organes de voisinage (intestin, vessie, vaisseaux sanguins) qui nécessiterait une prise en charge spécifique. Des risques exceptionnels liés à la réabsorption du liquide injecté dans l’utérus ont été décrits (œdème du poumon, réaction allergique, troubles cardiaques), pouvant très exceptionnellement entraîner un risque vital ou de séquelles graves.

Les suites sont habituellement simples et indolores. Les infections utérines (endométrites) sont rares et peuvent nécessiter un traitement antibiotique.

Dans quelques cas, après une endométrectomie (ablation de la muqueuse utérine), il est possible de ne plus avoir de règles du tout ; ce qui n’entraine aucune conséquence néfaste, et aucun trouble hormonal.

Certaines de ces complications peuvent être favorisées par l’existence de maladies ou de traitements particuliers. Il est donc important que vous mentionniez tous vos antécédents et traitements au chirurgien et à l’anesthésiste.

Certains risques peuvent être favorisés par votre état, vos antécédents ou par un traitement pris avant l’opération. Il est impératif d’informer le médecin de vos antécédents (personnels et familiaux) et de l’ensemble des traitements et médicaments que vous prenez.

 

 

 

© 2017 - Graphisme : Melanie Duquesne